______________________

_________________________________________________________________________________
Pour accéder à mon site web : CLIQUEZ ICI
Pour vous abonner à ma chaîne YouTube : CLIQUEZ ICI
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

jeudi 7 juin 2018

1 juin 2008, l'arrivée et la formation d'un essaim


Le bourdonnement des milliers d'abeilles en plein vol qui constituent un essaim est toujours impressionnant. C'est la première fois que j'ai pu filmer ce phénomène.
Je travaillais sur mon rucher d'élevage quand j'ai entendu ce bruit bien reconnaissable d'un essaim en plein vol. Le nuage d'abeilles s'est posé assez rapidement sur une branche basse à seulement quelques mètres de moi. C'est avec la caméra de mon téléphone que j'ai pu le filmer. La vidéo n'est donc pas très nette.
Il lui a fallu une quinzaine de minutes pour se poser. Cela va assez vite. J'ai pu le récupérer en le mettant dans l'une des ruchettes que j'avais avec moi.

Quelques jours après l'avoir installé je l'ai contrôlé et j'y ai vu une reine non marquée. Cela m'a surpris car je pense que cet essaim est sorti de l'une de mes ruchettes d'élevage. Un essaim qui quitte une ruche ne va pas bien loin et se pose rapidement. Cette halte est temporaire (quelques heures), le temps que des éclaireuses trouvent un lieu où l'essaim pourra s'installer définitivement.

Après avoir fait un essaim artificiel, je contrôle toujours au bout de 30 jours si l'opération a réussi. Je marque systématiquement toutes les nouvelles reines lors de ce contrôle. Cet essaim est donc issu soit d'un rucher ne m'appartenant pas (ce que je doute car il n'y a pas de rucher à côté du mien) soit de l'un de mes essaims artificiels que j'ai réalisés récemment et que je n'ai pas encore contrôlé. Si c'est le cas, j'en conclus que deux reines sont nées et se sont divisée l'essaim artificiel, l'une restant et l'autre partant avec une partie de la colonie. Je reste perplexe sur cette dernière probabilité...


lundi 14 mai 2018

17 mai 2018, récupération d'un essaim en utilisant la méthode du drap blanc

J'ai pu récupérer un essaim qui s'était logé sous une aubépine donc assez près du sol ce qui m'a permis d'utiliser la méthode du drap blanc.
Cette méthode consiste à étaler un drap blanc ou clair sous l'essaim et d'y poser la ruche ou la ruchette sur l'un des côtés. La couleur claire apaise les abeilles et les rassérènent. Le drap leur procure un support plat sans obstacle. Tombant dans l'herbe, les abeilles s'y emmêleraient et se disperseraient. Les phéromones diffusées par les rabatteuses seraient moins efficaces et surtout la reine aurait beaucoup plus de risques de se perdre ou d'y être blessée.
J'ai aussi observé qu'à chaque fois que je récupère ainsi un essaim je ne vois plus d'abeilles qui reviennent se poser sur le support qui l'a accueilli. De même, les éclaireuses de retour s'orientent directement vers l'entrée de la ruchette. 
Cette méthode est la plus douce que je connaisse et la plus sûre de récupérer tout l'essaim sans perdre la reine avec quasiment aucune mort d'abeilles.

A ces éléments pratiques s'ajoute l'effet visuel toujours présent. Il suffit de quelques secondes pour que les premières abeilles se dirigent vers l'entrée suivies par tout l'essaim.

C'est un moment magique à observer qui m'émerveille à chaque fois !


samedi 12 mai 2018

6 mai 2018, contrôle du développement de ma kenyane

Un mois après le peuplement de ma ruche kenyane, j'ai effectué son premier contrôle.
Jusqu'à présent, j'ai juste rajouté des barrettes au fur et à mesure de leur construction. A chaque fois, je rajoutais une à deux barrettes avec amorce de cire. Pour cela, il suffit de soulever légèrement la dernière barrette mise et regarder si les cirières ont commencé à bâtir le rayon. Dès que la construction commence une nouvelle barrette a été mise.

Aujourd'hui, j'ai voulu voir le développement de la colonie et savoir si les rayons ont été correctement construits en respectant l'inclinaison des parois sans aucune adhésion.
J'ai donc effectué ce contrôle complet.
Le rayons sont bâtis régulièrement. Ils respectent parfaitement l'inclinaison des parois et n'y adhèrent pas.
Le premier rayon, celui se situant à l'entrée, contient du pollen et du nectar quai exclusivement alors que les autres rayons ont tous du couvain avec un peu de nectar et pollen.
Je trouve qu'en un mois le développement est parfait.
J'ai aussi observé que la colonie semble beaucoup moins dérangée par mes geste que les colonies se trouvant dans des ruches classiques. Le fait que les barrettes forment un toit (un couvre cadre) doit y être pour beaucoup. J'avais déjà observé cela lors du rajout de barrettes. Pour cette opération, je n'utilise pas l'enfumoir et les abeilles ne sortent quasiment pas.
C'est une belle expérience.

La vidéo montrant ce contrôle :


mardi 10 avril 2018

7 avril 2018, peuplement de ma ruche kenyane.


Ma ruche kenyane ne sera pas restée longtemps vide, je viens de la peupler avec un essaim hiverné dans une ruchette Dadant.
La solution la plus simple aurait été de la peupler avec un essaim naturel recueilli dans la nature.  Sauf que je n'avais pas envie d'attendre sans être d'ailleurs sûr d'en recueillir un. De plus, le peuplement avec un essaim naturel demeure hasardeux. Nous ne sommes jamais certains que l'essaim restera dans la ruche qui lui est proposé, surtout si la ruche est neuve comme c'est le cas ici. Et un essaim naturel étant constitué d'une reine âgée cette dernière peut ne pas passer l'hiver.

Pour pallier à ces inconvénients, l'une des solutions est d'y introduire un essaim avec sa jeune reine et son couvain. Sauf que mes essaims sont en Dadant et non au format de ma kenyane.
Il y a trois ans, j'avais recueilli un essaim logé entre le volet et la fenêtre d'une villa d'un particulier. N'étant pas sûr de récupérer la reine, j'avais alors utilisé des cadres grillagés dans lesquels j'avais positionné quelques rayons découpés contenant du couvain.


J'ai adapté cette méthode à mon besoin actuel. Découper le couvain au format de ma kenyane, garder une partie du cadre format Dadant qui le supporte et visser cette portion de cadre sous une barrette. L'opération n'est pas aisée et le risque de refroidir le couvain réel. Toutefois, ces cadres provisoires de couvain vont surtout permettre à la colonie de se fixer et ma reine pourra rapidement y pondre si nécessaire.
Mais je vous laisse découvrir tout cela dans ma vidéo...