______________________

_________________________________________________________________________________
Pour accéder à mon site web : CLIQUEZ ICI
Pour vous abonner à ma chaîne YouTube : CLIQUEZ ICI
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

lundi 10 septembre 2018

10 septembre 2018, du couvain de mâle à la mi-septembre...


L'automne approche et avec lui les colonies se préparent à l'hivernage. L'un des signes de l'arrivée de cette période est le rejet des mâles ; les ressources mellifères se raréfiant, les colonies chassent les mâles devenus des bouches inutiles à nourrir. C'est ce qui devrait se passer en ce moment. Or, c'est plutôt l'inverse auquel j'assiste.
Depuis les visites de la semaine dernière j'ai pu constater que non seulement il y a encore des mâles dans quasiment toutes les ruches mais en plus certaines colonies élèvent du couvain de mâles ! Ce sont bien souvent les plus populeuses avec 4, 5 voire 6 cadres de couvain. Dans ces ruches, les reines sont bien présentes et en ponte. Et le couvain de mâles se situe normalement en périphérie du couvain d'ouvrières. On se croirait au printemps !?
Sur la photo ci-dessus, le couvain de mâle se situe en haut à gauche et en bas à gauche. Il s'agit d'un cadre de rive. La mosaïque est due au stockage de nectar. Les cadres de couvain centraux sont bien plus homogènes.
Là aussi, on se croirait au printemps avec le début d'une forte miellée... Et c'est le cas, les hausses qu'ils me restent se remplissent. Il faut dire que la campagne est toujours verte et les fleurs variées et abondantes. Nous avons de belles températures et de belles journées sans vent.
Et le romarin refleurit :


mercredi 29 août 2018

29 août 2018, marquage des reines

Cette année j'ai fait beaucoup d'essaims artificiels, en tout 81. Cela m'a permis de compenser les pertes et d'augmenter mon cheptel pour atteindre le niveau souhaité. J'ai aussi vendu une partie de ces essaims.
J'ai observé un taux de réussite légèrement supérieur à l'an dernier avec un taux d'échec de 16%.

J'ai aussi renouvelé les reines qui perdaient en efficacité. Ainsi 63% de mes reines sont de cette année et donc de couleur rouge car je marque toutes mes reines.
31% sont jaunes (2017), 5% blanches (2016) et une seule de mes reines est bleue (2015).
Je vais donc pouvoir démarrer 2019 avec une large proportion de jeunes reines.

Pour moi l'avantage de marquer mes reines est de facilement pouvoir les repérer. C'est notamment bien utile quand je fais des essaims. Je suis sûr de ne pas embarquer ma reine avec les cadres que je prélève.
J'ai fait une vidéo pour expliquer comment je procède :


dimanche 26 août 2018

25 août 2018, bilan de la saison apicole 2018 : un cru exceptionnel !


L'année apicole touche à sa fin. Bientôt les dernières hausses remplies de miel seront retirées. Les colonies sont toujours bien actives et la nature de cette fin août n'a jamais été aussi verte. On se croirait au printemps.
2018 aura été parfaite.
Un hiver rigoureux, un printemps pluvieux juste ce qu'il faut, sans vent et un été chaud et humide avec plusieurs épisodes pluvieux.

Résultat, de belles colonies fortes. Certaines de mes ruches 12 cadres avaient 10 ou 11 cadres de couvain. Ajouter à cela un temps idéal et des fleuraisons variées et permanentes et sont alors réunies les conditions pour une belle production de miel ! J'ai pu mettre sur l'une de mes ruches jusqu'à 5 hausses ! Une hausse contient 9 ou 11 cadres selon le type de ruche et chaque cadre pour contenir en moyenne 1,3 kg...
J'ai également eu des essaims qui démarraient au quart de tour. Il n'était pas rare d'avoir un essaim de deux mois sur 4 voire 5 cadres de couvain. Ayant plus d'essaims que ce que j'avais espéré, j'ai pu en vendre une partie, vente que je n'avais pas prévu cette année.

Je m'étais fixé comme objectif d'atteindre la centaine de colonies. Aujourd'hui cet objectif est largement dépassé. Pour y parvenir j'avais privilégié la production d'essaims au détriment de la production de miel.
J'ai eu les deux.

vendredi 24 août 2018

18 août 2018, secondes portes ouvertes organisées avec Un toit pour les abeilles


Comme l'an dernier, j'ai accueilli des marraines et parrains du réseau Un toit pour les abeilles pour leur faire découvrir l'univers des abeilles et de l'apiculture ou tout au moins l'une de ses parties tant cet univers est vaste.

Durant la matinée nous avons échangé sur l'abeille, la ruche et l'apiculteur. Sur le travail que j'effectue au cours de l'année pour accompagner et préserver au mieux mes avettes et sur l'un des objectifs de ce travail, la production de miel et de produits de la ruche. Ce miel récolté est la récompense d'une année de labeur. Pour tout apiculteur c'est le gage d'un accompagnement soigné, attentionné et souvent méticuleux. Ce miel, c'est l'amour de la nature et le fruit d'une des plus belles passions, l'un des plus beaux métiers, l'apiculture.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le rucher pour y découvrir la vie d'une colonie dans sa ruche. Je suis toujours agréablement surpris par les réactions d'étonnement quand je soulève, à main nue, le premier cadre recouvert de magasinières, à peine dérangées, et qui, pour la plupart, continuent à travailler le nectar contenu dans les alvéoles.

Nous avons prolongé ce moment par le partage d'un apéritif et par un pique nique.
Après cette pause, nous avons débuté l'après-midi à la miellerie pour y effectuer une démonstration d'extraction de miel.
C'est aux alentours des 15 h que nous nous sommes séparés.

Pour découvrir l'ensemble des photos prises ce jour :
https://www.flickr.com/photos/158957124@N06/albums/72157670394244097